mardi 15 décembre 2020

Expérience zen de la vacuité (vidéo)

L'expérience de la vacuité est fondamentale. Elle permet de comprendre le sens de l'anatman (le "non-soi"). On parle de la vacuité comme de l'interdépendance des phénomènes. Mais ça, c'est juste de la discussion de salons : du bouddhisme spéculatif qui revient à parler de la saveur d'un vin sans l'avoir goûté en s'appuyant sur des formules chimiques. L'invention du café au lait, qui consiste à mélanger du café et du lait, est du même acabit et on comprend bien qu'il n'y a pas là lieu d'en faire tout un plat. 

Il y a aussi ceux, les paresseux, qui, dans toutes les traditions bouddhistes, n'ont retenu qu'une seule chose : "comment devenir un éveillé en paraissant intelligent au point qu'on finisse par y croire soi-même ? " Ceux-là ont compris que la nature de Bouddha est présente à chaque instant, ou, si l'on préfère, qu'il n'existe rien d'autre que la nature de Bouddha et qu'il n'est donc pas nécessaire de s'escrimer à des pratiques qui finissent par affirmer la même chose. Sauf que ces paresseux ne savent pas de quoi il s'agit au juste. Ils ne trompent qu'eux-mêmes, même s'il leur arrive, parce qu'ils ont une certaine notoriété (on se demande bien pourquoi, mais après tout, sur les réseaux sociaux, même les influenceurs les plus débiles finissent par se faire des gonades en or), de tromper celles et ceux qui vont au Zen comme on va dans un super marché.. 

Bon, rien de tel ici. Je parle de Zen, d'expérience zen, et comprennent uniquement celles et ceux qui se bottent les fesses pour en avoir au moins un aperçu. 





Aucun commentaire:

Publier un commentaire