lundi 15 février 2021

L'Empereur Hùn Tùn, l'homme sans situation.

On attribue à Ikkyū Sōjun les paroles suivantes :  « Etant sans demeure, je ne suis jamais perdu. » La profondeur de cette pensée est un véritable refuge pour les égarés. Les hommes pensent à un refuge comme à une sorte de bulle à l'intérieur de laquelle rien de ne peut nous arriver, mais le véritable refuge est sans situation, sans bord, sans limite. Aussi, on n'entre pas dans ce refuge, pas plus qu'on n'en sort. Telle est la caractéristique de la Vacuité. Et parce qu'on ne peut ni entrer ni en sortir, l'homme vrai est toujours sans situation. Etant sans situation, il n'est jamais égaré.

Quel lien avec la légende de l'empereur Hùun Tùn ? Celui-ci, avant que ses amis ne lui ouvrent les portes des sens, ne connaissait ni intérieur ni extérieur. Ses deux amis empereurs devaient sans doute le considérer comme à jamais enfermé dans une sorte de bulle obscure d'où il n'avait accès à rien et donc bien sûr pas aux plaisirs sensuels. Mais leur vue était erronée. Hùn Tùn ne voyait pas avec ses yeux ou n'entendait pas avec ses oreilles. Il percevait le monde avec sa vraie nature qui n'était pas séparée de celui-ci, puisque Hùn Tùn était "sans bord". Il était Kannon (観音), le Bodhisattva de la Compassion Infinie, qui voit les sons du monde. Ou bien le maître Daïto Kokushi, qui, au moment de son satori, entendait avec ses yeux la pluie tomber, tandis qu'avec ses oreilles, il pouvait la voir. 

J'essaye d'expliquer cela dans la vidéo qui suit. 



Aucun commentaire:

Publier un commentaire