jeudi 18 mars 2021

Karma et équivalence du Nirvâna et du Samsara.

Le karma est une notion fondamentale du Bouddhisme. Bien qu'on retrouve cette notion dans l'hindouisme, dans le Bouddhisme, elle ne revêt pas exactement le même sens. En effet, il n'y a pas d'ego, d'âme ou d'esprit dans le Bouddhisme, et donc aucun ego, aucune âme ou aucun esprit ne peut se réincarner. Pour autant, les actes forment les conditions de l'existence et des êtres vivants s'associent à certaines de ces conditions. 

Avoir un mauvais karma n'est pas synonyme de ne pas avoir la nature de Bouddha, même si dans le kôan du Mu de Joshu, c'est ce que le moine comprend. Mais en même temps, ne pas reconnaître sa nature de Bouddha revient à ne pas l'avoir, ou plutôt à ne pas la voir. La prononciation est la même, mais dans un cas il s'agit de possession alors qu'il doit s'agir de vue bouddhique et donc de reconnaissance. Quel que soit notre karma, bon ou mauvais, ce karma est notre présent. Et selon la représentation que l'on a de soi-même, notre karma peut être bon ou mauvais. Mais si nous réalisons notre vraie nature, nous voyons les choses telles qu'elles sont. Que leur karma soit bon ou mauvais, c'est notre nature de Bouddha. 

Nous vivons dans le présent. Le passé n'existe plus et le futur n'existe pas encore. Le présent est notre karma et c'est la seule chose que nous avons. C'est donc notre nature de Bouddha. Ce corps dans lequel nous vivons à chaque instant et qui connaîtra la mort, c'est notre nature de Bouddha. Bon ou mauvais karma, c'est juste le résultat des actions, du karma. 

Une vidéo sans filet (je ne prépare jamais mes textes, même si je sais de quoi je vais parler) pour essayer de faire comprendre tout ça.



9 commentaires:

  1. Bonjour, je ne sais pas si tu te souviens de moi. Nous échangions sur le forum Nangpa, et j'aimais bien discuter avec toi même si nous n'étions pas toujours d'accord. Je suis contente de voir que tu es toujours aussi actif, et bravo pour ton blog et ta chaîne Youtube.
    Je viendrai peut-être discuter un peu, à l'occasion.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Flocon. Oui, bien sûr, je me souviens de toi et de la qualité de tes contributions (que nous fussions d'accord ou pas, d'ailleurs). Je suis content de te retrouver sur ce blog, et si tu souhaites revenir discuter un peu (ou autant que tu veux), tu es bien sûr la bienvenue. Il y a longtemps que je ne fréquente plus les forums. Si tu préfères des messages plus "personnels", tu as mes coordonnées sur mon site perso (Dumè Antoni), dont tu trouveras le lien sur ce blog à "sites et liens favoris". Ce site perso n'est pas consacré qu'à mon activité zeniste, mais ça te permettra de faire plus ample connaissance avec une dimension de ma personne que je ne mettais pas en avant sur les forums boudhistes, peut-être aussi parce qu'elle est relativement récente (depuis que je suis devenu un retraité)^^ et que ça n'a pas grand-chose à voir avec.

      Supprimer
  2. Merci de ton accueil chaleureux. Je suis allée jeter un coup d’œil à ton site personnel, et je vois que tu poursuis une carrière très réussie dans le domaine littéraire, c'est super! Je n'avais lu que ton premier livre, dont je conserve un bon souvenir : il faudra que je me procure les autres un de ces jours.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. Concernant mes livres, c'est vrai que depuis le premier, de l'eau est passée sous les ponts (comme on dit) et j'ai même écrit un essai sur le Zen (intitulé "Expérience zen") qui a été publié chez Almora. Ce n'est pas un roman, quoique j'ai écrit ce livre comme un essai "autobiographique", en sorte qu'il pourrait presque se lire comme tel ;-).
      Sinon, j'ai vu, en cliquant sur ton pseudo, que tu as également un blog consacré à la littérature et autres formes d'art. J'y retournerai, ce qui pourrait me donner envie (ou pas) de lire un des ouvrages que tu as chroniqués.

      Supprimer
  3. C'est vrai, mais je ne l'entretiens plus, faute de temps.
    Je ne sais pas si tu y trouveras quelque chose à ton goût, mais si tu as envie de lire de la bonne SF chinoise, je te conseille vivement (si tu ne le connais pas déjà) "Le problème à trois corps", et ses deux suites, de Liu Cixin. J'aurais normalement dû le chroniquer dans le blog si je n'avais pas arrêté d'y écrire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'ai lu la trilogie. J'ai bien accroché au début, mais beaucoup de longueurs sur l'ensemble. Cela étant, globalement, c'est en effet très bon. J'ai également "discuté" avec le traducteur (Gwennaël Gaffric), du Colmateur notamment, qui est directement inspiré du personnage de Bodhidharma (mais interprété selon Liu Cixin, interprétation très personnelle.^^). J'ai lu également sa nouvelle "Terre Errante", dont on a tiré un film qui est un navet intégral (et qui ne respecte pas le texte, ou très peu).

      Supprimer
  4. Oui, c'est vrai qu'il y a un problème de rythme, surtout sur le troisième volume à mon avis. Pour ce qui est du Colmateur, je ne m'en souviens pas assez précisément pour saisir ce qui t'a gêné. Bon, c'est de la SF, pas de la religion de toute façon.
    Je n'ai pas vu le film dont tu parles, mais je note de l'éviter soigneusement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas été gêné par le colmateur. J'ignorais, avant que Gwennaël Gaffric ne me le précise, que Liu Cixin s'était inspiré de Bodhidharma. Il y avait certes des liens (en rapport avec le temps durant lequel le dernier colmateur était resté "reclus" : 9 ans, et d'autres choses encore que je n'ai plus en mémoire) qui m'avaient "alertés", mais je n'ai eu la confirmation du lien que par le traducteur. En fait, le colmateur était inaccessibles aux intellectrons car il méditait face à un mur et ce mur symbolise, dans le roman, la barrière contre ces intellectrons en sorte que le Trisolariens ne puissent pas prévoir la stratégie que pourraient développer les hommes contre l'invasion ET. Mais tout cela est sans importance. Comme tu dis : c'est de la SF, pas de la religion.

      Supprimer
  5. D'accord, merci des précisions.

    RépondreSupprimer