mardi 1 juin 2021

Renaissances vs réincarnations

Il existe une réelle confusion entre la notion de renaissances et de réincarnations. De prime abord, on pourrait considérer qu'il ne s'agit là que de deux mots qui signifient exactement la même chose, mais sur le fond, il s'agit de deux notions qui n'ont que très peu de rapports entre elles.

Pour faire simple, disons que par "réincarnation" on suppose qu'un esprit ou une âme ou une entité individuelle distincte passerait de corps en corps, ce qui suppose que l'esprit ou l'âme ou la conscience individuelle ne s'éteint pas au décès, mais continue indéfiniment à se réincarner, sous une forme ou une autre (voir même en l'absence de forme) en fonction du karma, c'est-à-dire des actes passés et de leurs conséquences. Une réincarnation suppose donc qu'un être décède et qu'un autre naisse, lequel recevra l'âme ou l'esprit du défunt. C'est le point de vue défendu par l'éternalisme (au sens large, c'est-à-dire par toutes les religions qui s'appuient sur un principe éternel, divin, qui précède la manifestation et ne disparaît pas avec elle), le spiritisme ou la Théosophie, notamment, avec l'idée que l'on puisse – sous certaines conditions – s'entretenir avec "l'esprit" d'un défunt, lequel conserverait les souvenirs de son existence passée tant qu'il n'entre pas dans un nouveau corps. L'esprit ou l'âme du défunt serait donc "en transit" dans une sorte d'état intermédiaire qu'on appelle "bardo" dans le Bouddhisme tibétain. À la naissance, l'esprit ou l'âme du défunt perdrait tout souvenir de ses existences passées, à l'exception de certains "éveillés", qui eux conserveraient ces souvenirs. Ce serait sur cette base que sont choisis les "tulkus" (nirmanakâya) dans le Bouddhisme tibétain, ce qui justifierait les épreuves de reconnaissance des objets ayant appartenu au lama (généralement de haute renommée, assimilé à un bodhisattva des dix terres) défunt, pour garantir qu'il s'agit bien du même corps d'apparition. À noter que cette "réincarnation" n'exclut pas la possibilité de plusieurs corps d'apparitions d'un même bodhisattva, ainsi qu'on a pu le constater avec les deux 17èmes karmapas. Ce qui, cela dit en passant, pourrait poser quelques problèmes avec le ou les futurs Dalaï Lama notamment, sachant le contentieux qui existe entre la Chine et l'actuel Dalaï Lama. La tentation serait grande en effet, pour les Chinois, de corrompre quelques lamas véreux (il y en aurait) afin qu'un nouveau Dalaï Lama apparaisse, mais cette fois prenant fait et cause pour la Chine (il me semble d'ailleurs que l'actuel Dalaï Lama se soit interrogé sur les risques de dévoiement qu'il y aurait à perpétuer cette pratique de reconnaissance des tulkus et qu'il aurait songé à interrompre le processus à cause de ces risques). Quoi qu'il en soit, dans le domaine du Bouddhisme tibétain, la frontière entre la notion de réincarnation et de renaissance est assez floue, car il semble que le lamaïsme perpétue l'idée d'une conscience d'un niveau supérieur, propre aux bouddhas et aux bodhisattvas, qui serait capable d'avoir un certain pouvoir sur la manifestation au point de choisir un corps dans lequel se réincarner. De mon point de vue, dans la mesure où la manifestation est la conséquence de l'ignorance et non de la Sapience, les tulkus ne se réincarnent pas mais sont choisis – selon des critères qui sont tenus secrets – pour recevoir un enseignement et une éducation qui feront en sorte que l'enfant (ou les enfants) aura (auront) toutes les chances de ressembler au lama qu'il est (qu'ils sont) censé(s) représenter. Quant à la reconnaissance des objets, on ne peut pas dire que tenir ce genre d'épreuves secrètes et sous le contrôle des lamas qui ont choisi l'enfant (ou les enfants), obéisse à des critères scientifiques rigoureux. Le fait est que le choix des tulkus au Tibet relève d'une tradition qu'on ne retrouve nulle part ailleurs dans le Bouddhisme, ce qui est pour le moins mystérieux, pour ne pas dire suspect. J'ai bien conscience que cet argument ne suffit pas à le disqualifier, mais qu'il permet cependant d'avoir un regard critique sur la validité d'une telle pratique au sein d'une tradition qui nie l'existence de l'atman, c'est à dire de l'âme ou de l'esprit. Les nirmanakâya peuvent bien sûr apparaître en tout temps et en tout lieu, mais le cas échéant, le corps d'apparition, en tant que tel, peut ignorer la nature de l'action qu'il met en œuvre, car il n'est là en effet que comme véhicule du Dharma et rien d'autre, même si rien ne l'empêche, par ailleurs, d'avoir conscience de jouer un rôle majeur dans l'éveil d'un ou plusieurs de ses "disciples", en particulier quand il est maître d'un Sangha. Mais dans le fond, si c'est action de Bouddha, il n'est pas nécessaire que celle-ci se manifeste par quelqu'un de spécial. Le nirmanakâya peut prendre n'importe quelle forme et ne pas être reconnu par tous, alors qu'il peut se manifester indistinctement devant une assemblée de disciples. Dit autrement, chacun a son propre nirmanakâya de la même façon que chacun a son propre dharmakâya. 

Les renaissances, contrairement aux réincarnations, ne supposent pas la survie d'un esprit ou d'une âme ou d'une entité individuelle. Elles se justifient simplement par le fait que la mort (en tant qu'annihilation) est une expérience impossible. Renaître implique donc la nécessité de revenir au monde, non pas comme une entité individuelle à part, mais par un processus cyclique qui se caractérise par une sorte de "coagulation" de la conscience – qui n'est rien d'autre qu'un agrégat transitoire et vide d'existence propre –, laquelle s'associe au karma qui fixe l'individu au centre d'un environnement structurant. L'individu se définit ainsi au sein de cet environnement par les attributs qui vont le qualifier, ce qui donne naissance à la notion d'ego (nom et forme). Ce sentiment du soi ou du moi peut aller jusqu'à impliquer la notion d'âme ou d'esprit à partir de la conscience, du nom et de la forme (ce qui n'est question que d'éducation et donc d'imprégnation de cette notion). L'environnement est intégré par l'intermédiaire des sens auxquels le mental est associé, et de là naît la sensation d'un sujet séparé de l'objet. En effet, à partir des sens s'établissent les contacts avec le monde alentour et les sensations ou perceptions qui y sont rattachées, soit comme plaisantes, déplaisantes ou neutres. Les sensations plaisantes entraînent le désir, les déplaisantes l'aversion et les neutres l'indifférence. Mais le désir est le véritable moteur de l'existence car il va entraîner la saisie, l'attachement, et à partir de là l'existence est tracée par un devenir qui va engendrer la naissance, puis la vieillesse et la mort. Tout ce processus – connu sous l'expression des douze liens interdépendants –, qui commence avec l'ignorance et qui suppose deux vies au minimum (la seconde s'établissant à partir de la saisie et du devenir), est appelé cycle des renaissances. Il n'y a donc pas un individu ou un ego, un esprit ou une âme qui renaît, mais la mise en œuvre d'une coproduction conditionnée par un processus cyclique qui va générer la formation d'un ego illusoire, distinct de son environnement, soumis au désir et à l'attachement (saisie). 

La question qui pourrait alors venir à l'esprit serait celle-ci : "Qui renaît ?" La réponse est bien évidemment : personne. C'est l'ignorance de sa vraie nature qui va concrétiser la notion d'un ego distinct, par la liaison d'agrégats vides de nature propre. Mais cela ne signifie pas que si personne ne renaît, personne ne s'éveille, ainsi qu'on le lit parfois. Car l'Eveil consiste précisément à "dé-naître" ou, dit autrement, à briser les liens qui nous lient au samsara. Le néologisme "dé-naître" ne signifie pas mourir, mais reconnaître sa vraie nature (qui est nature de Bouddha), laquelle est vacuité (vide d'elle-même) et sapience. Cependant, le corps physique auquel celui qui s'éveille est associé durant son existence va connaître la mort, puisqu'il est constitué d'agrégats – y compris la conscience – non seulement vides d'eux-mêmes mais également impermanents. Et puisque personne ne renaît, on ne peut pas dire que quelqu'un meurt, et c'est en cela que la mort est une expérience impossible. Et donc il y aura nécessairement renaissance dès l'instant où les conditions favorables au plan karmique (ce qui suppose l'union de deux gamètes a minima) seront réunies. Cette renaissance impliquera la conscience, le nom et la forme, etc. 

Dans le cas 55 de la Falaise Verte, le maître zen Tao-ou répond à son élève : "Vivant je ne dis pas, mort je ne dis pas !" On comprend très bien que si le corps auquel est associé un ego à cause de l'ignorance de sa vraie nature doit mourir puisqu'il est constitué d'agrégats impermanents, l'absence d'ego implique l'impossibilité de la mort, puisque personne ne renaît. 


Extrait d'une vidéo de la conférence donnée le 05 décembre 2019 à Locu Teatrale à Ajaccio où ce sujet a été abordé.